lundi 23 janvier 2017

Histoire théorique - points en France

Me décrassant toujours d'une ignorance qui est, outre la naturelle, de classe et de fragilité subjective, je vois se lever des révélations, de temps en temps, qui refont des chaînes que je ne savais pas manquantes. Lignes de situation soudain visibles, courbes de niveau, englobement de contexte, etc.

Que le moment Benjamin dans le débat théorique en France comme en anglophonie à quelque chose à voir avec le repli politique des radicalités de gauche dans le tournant des 80s. E Traverso me met ça en tête, avec sa proposition de la "culture de la défaite", dans Mélancolie. Ce moment rejoue le questionnement sur les temporalités, que Benjamin avait vécu et jalonné pour la pensée marxiste.

Que Benjamin Stora qui fait La Gangrène et l'oubli en 1991, avec Les Années algériennes pour Antenne 2 et après le Dictionnaire biog de militants algériens (1985) marque plusieurs repères à la fois : la contemporanéité en France de chantiers tels que ceux de B Anderson (dates proches avec Olender, avec Balibar en co-écriture avec Wallerstein) ou Bhabha et tout le postco - ou Robert Young qui fait et travaille la jointure lui-même ; une contribution à mais aussi un tournant dans la thématique post-théorique de la mémoire, en France ; etc.
Moment en France de croisée entre les célébrations du Bicentenaire, et la ligne F Furet, et Nora, Lieux de mémoire paraissant de 1984 à 1992. Libéralisme culturel, avec un nouage conservateur ..



Illusion institutionnelle

Illusion institutionnelle. Croire, dur comme fer, adhérer, chercher à participer, avec alors des différenciations de stratégies - y prendre du pouvoir, y espérer une solidarité, y former des coteries, s'approprier... ? Brandir le nom de, parler au nom de. L'institution, rayonnant de cette illusion, fournit précisément son nom pour un tel usage. Défendre. Débattre, dans les conseils qui gouvernent telle institution de vues rivales, de sa force de cohésion, dont dépend sa force de frappe en pragmatique sociale.
Toujours un étonnement comparatiste à la foi états-unienne, bienséante, dans les offices et les rhétoriques institutionnelles, la force de pull des adhésions, qui ont un goût de protestantisme peut-être ? De la présidence, bien mise à mal cette année, à l'école, à la presse, etc. Un regard français mesure sa propre habitude d'ironie, et la complication du rapport d'institution en France : la table rase révolutionnaire s'est faite en terre radicalement virginisée aux US, poussant ses histoires hors champ politique (structuration raciale donc), en Europe dans l'intrication longue de l'histoire, dans les conflits frontaliers, sous la charge des complexités sociales, et de pas mal de déconfitures. ...

Et utopie institutionnelle.

Et les stratégies, ou trajectoires, de passager clandestin.

dimanche 22 janvier 2017

Énonciations du populisme - President Trump

Textbook populism. Populism textbook. Le discours d'inauguration du président Trump.
Il faut garder ce texte en repère, pour sa limpidité.
"You". Logique John Wayne de law into one's own hands, d'où right to bear arms. Pouvoir direct et négation de l'Etat, aplatissement à 0 du volume politique des médiations, ni représentatives ni sociales. Et pour forme juridique, the possy, avec la certitude de la majorité, identifiée en peuple, unique. Espace de la Frontière même.

(P Rosanvallon invité de l'Atelier du pouvoir hier : populisme repéré, pour sa forme contemporaine, à Perón ; gouvernement de la majorité (une fois faite la distinction entre rhétorique populiste et gouvernement populiste, et .. j'ai oublié) soit privilège du référendum (PR dit "magie des élections") et dénégation du pluralisme ; disqualification des et attaques contre les juridictions constitutionnelles, qu'on peut prendre au sens large de l'ensemble des institutions qui médiatisent, pluriellement, la souveraineté du peuple. Et alors, conclut Rosanvallon : étendre la démocratie, élargir cette surface de médiations, autorités indépendantes, etc.)

Populisme / socialisme.

Pendant que, JL Mélenchon, L'ère du peuple de fevrier 2016, tâche de construire un mot d'ordre électoral par peuple : le nombre (pression démographique planétaire, et ses distributions inégales, qui faussent la "mondialisation" idéologisée et lui constituent sa réalité matérielle), la ville comme multitudes urbanisées, productrice de causes et conditions communes où les phénomènes de peuple peuvent se générer. Va falloir finir de lire ça, malgré la qualité de flou qui laisse la lecture en aérophagie - comme avec le programme de la "France insoumise", conditions d'énonciation propres à l'adresse, électorale et partisane, au "peuple français" ; comment lit-on ça.

Pendant que, réjouissances de M Le Pen et alliés européens réunis en Allemagne (cringe), à la perspective d'un effet domino des "patriotismes" entamé par le Brexit. 

samedi 14 janvier 2017

Savoir des faibles, savoir des vaincus

E Traverso sur la Mélancolie de gauche, fouillant dans ce deuil. Cite Koselleck : (30)
À court terme, il se peut que l'histoire soit faite par les vainqueurs mais, à long terme, les gains historiques de connaissance proviennent des vaincus.
(in Expérience de l'histoire).
L'expérience qu'on tire d'une défaite renferme un potentiel de connaissance qui survit à ce qui l'occasionné en particulier lorsqu'en raison de sa propre histoire le vaincu est contraint de réécrire l'histoire générale.

mercredi 11 janvier 2017

Mobibilité, monbilisation, migration, mobs

Mobilité sociale (descendante comme ascendante, étudiants, et précarisés : cf F Johsua sur l'histoire de la LCR), mobilisation sociale, migration.
And mobs.

Voir Sociologie des crises politiques,
Sociologie des mouvements sociaux, Erik Neveu.

And crises, therefore, of course.

mercredi 4 janvier 2017

Savoir du savoir spontané

Prendre mes, ses, réflexes et intuitions en opinion, comme des réactions spontanées, productions du savoir spontané. À prendre, écouter de près, aller chercher dans ses certitudes implicites et impliquées, et à laisser évoluer comme objet d'observation. Le travail peut s'entreprendre par la situation (en phonie, en position disciplinaire, en position professionnelle-sociale et sociale-professionnelle, en genre, en sociologie politique soit classe et processus de classisation etc., sans ignorer les catégories inattendues qui peuvent jaillir, à la rencontre des événements).
Il se construit par la discursivisation, pour une poétique. Très souvent ce qui est en jeu est une politique de la faiblesse et du pouvoir, avec en carrefour la question de la culturalité du pouvoir et les forces ou poids sociaux des idéalismes - Andrew Abbot, dont The Chaos of Disciplines m'est moins irritant ce matin quand je le suis dans son histoire contextuelle du système des disciplines aux États-Unis, avec sa qualité comparative, seul mode digestible pour moi, dit "cultural structure", culture différencié, comme plan, de "social structure".

Reste que le savoir spontané sait quelque chose. Toujours le repère dans Saussure, savoir linguistique distinct du savoir du linguiste.
Il sait quelque chose des échelles hiérarchiques vécues et des différents échiquiers où sont projetés les pouvoirs.
J'en suis donc toujours au pouvoir du savoir. Bah.

J'ai en tête, vif, ces jours-ci, la dimension du social comme la correcte. Plutôt que l'horizon politique, comme ligne de mire. Le politique comme forme sociale, et moderne. Malgré les antécédences qu'on lui culturalise, en Grèce etc.

lundi 2 janvier 2017

Poétique et critique - encore

La sociologie fait son travail, avec son souci méthodologique (toujours un peu une nervosité, d'ailleurs, vérification, et compagnie marquée d'un surmoi disciplinaire), F Johsua très soigneuse.

Me renvoie en reflet l'interrogation sur la pratique poétologique. Je sens régulièrement la crainte d'etre en train parler en l'air, sur coussin d'idéologie et de morale, à chercher des appuis sur des causalités synthétiques, des sens de l'histoire, logiques narratives et causales. Dont les doux idéalismes.
Mais il s'agit de scrupule. À basculer en vigilance, certainement.
Par exemple les fragilités de projets comme Mignolo, qui travaille en mode "théorie", et là avec des proposions puissantes pour changer les perspectives, souffle fort (réintégration de l'islam dans l'histoire coloniale européenne, réintégration de l'Amérique latine, de la latinophonie critique, des populations subalternisées impliquées, de la philosophie, d'une manière moins explicitée). Plein d'autres pour exemples nombreux. Spivak et Butler sur Who Sings, Border as Method il me semble me souvenir. Mignolo est critiqué càd invalidé, déqualifié-infériorisé, comme "littéraire". Deux lectures également pertinentes : il ne l'est pas assez (la lettre comme opérateur critique y est peu engagée), et la disqualification est elle-même une opération de savoir-pouvoir, indiquant un carrefour de lutte. Enjeu : les modes de la critique ; les stratégies de la critique et la diagnostique de ses conditions.

La matière de l'instruction critique en poétique sera, comme dit CS, "vous lisez", vous les littéraires. Propositions dessinées selon les courants des causalités en cours d'exploration, rapportées aux discours, aux auteurs, aux textes, aux situations d'énonciation dans les histoires discursives. Les bifurcations et poèmes de la critique.
La proposition génératrice étant que le social est en "version" (légendologie de Saussure) dans le trans du discours. Avec ses grandes ruptures, cassures, masses, cristallisations, réalisations, et toutes les formes historiques concrètes, au sens le plus plein et dense, béton.
La proposition génératrice est par là une prise de position ferme contre les critiques du "postmoderne", et alors du "postcolonial", dans ses floutages par Amselle par ex.